Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

CFTC  FORD

CFTC FORD

CFTC Ford Blanquefort FORD Aquitaine Industries FORD Motor Company


Un dépliant vantant le potentiel repreneur distribué aux salariés ! Inadmissible !

Publié par CFTC Ford sur 26 Octobre 2018, 10:42am

Ce matin du vendredi 26 Octobre 2018 un dépliant a été distribué aux salariés de Ford Aquitaine Industries.  Alors que nous sommes en période d'information-consultation sur la recherche d'un repreneur et les conditions d'un potentiel Plan de "Sauvegarde" de l'Emploi, dans le cadre de la loi et sous la responsabilité de Ford. Alors que depuis des mois on nous oppose dans nombre de domaines la confidentialité, en particulier concernant les "tractations" entre le repreneur et les autres protagonistes du dossier, dans le dos des salariés et de leurs représentants. Tout cela pour tenter de nous mettre dos au mur et de donner notre avis dans l'urgence, sans avoir tous les éléments et leurs conséquences sur les salariés de Ford Aquitaine Industries.
Il y a un élément primordial. C'est que FORD, à ce jour, refuse en l'état le plan de reprise. Là encore, des "négociations" seraient en cours avec d'autres intervenants...
Nous étions hier jeudi 24 Octobre 2018 en réunion de travail avec le cabinet Sécafi Alpha. Il nous a été dit que nous aurions jusqu'à fin Novembre 2018 pour préparer une plate forme revendicative commune (entre syndicats siégeant au CE s'ils le voulaient). Point sur lequel nous étions arrivés à un accord. Le prospectus distribué ce matin indique que la confirmation de l'intérêt des parties devrait être donnée avant le 16 Novembre 2018 ? Nous en déduisons que ce repreneur reste sur ses positions en voulant une réponse ultra rapide qui s'oppose à un travail sérieux et serein de vos représentants. De plus nous constatons une présentation très opportune du dossier. Ainsi 450 salariés pourraient librement choisir de partir. S'agit-il de 300 pré-retraités qui partiraient de façon étalée sur trois ans ? De 150 collègues qui seraient transférés à GFT, volontairement ? Si il n'y avait pas le nombre de volontaires suffisants irait-on vers des licenciements ? Les pré-retraités qui partiraient dans deux ou trois ans seraient-ils salariés du repreneur ? Leurs primes, indemnités seraient-elles calculées sur un salaire réduit ? Le repreneur voudrait un accord de compétitivité et réduire des avantages sociaux acquis ( nombreux RTT par exemple). A ce jour nous ne connaissons pas l'impact salarial exact. Nous avons demandé aux experts du CE de le chiffrer par écrit. Différentes sources nous ont parlé de 17% d'écart et de plusieurs centaines d'Euros sur les diverses primes. On nous indique maintenant entre 2 et 4%. Tout cela n'est pas sérieux. 
Au niveau du plan produits les premières années seraient liées à des volumes donnés par Ford. Nous connaissons le caractère aléatoire de ceux-ci. Des activités seraient amenées par Punch qui aurait commandé des machines et aurait des clients. Pour les années futures Punch les productions seraient à destinations d'autres clients avec une activité majeure (une transmission automatique conventionnelle à 8 vitesses). Dans tous les cas il nous faut avoir accès à des éléments concrets: Validation de commandes machines, lettres d'intentions des clients, engagement de Ford sur les volumes  des 1ères années, liste des machines, cohérence entre investissements et volumes projetés, rentabilité de FAI eu égard à l'occupation des locaux, liste des postes à pourvoir, besoins en formation etc... Au niveau social si la reprise se passait mal quelles garanties peuvent, doivent être apportés ? Est-il admissible que du chômage partiel soit prévu dans les premières années ? Qui en paie les conséquences en termes de revenus, d'impacts sur les droits sociaux (retraite...) ? L’État qui pousse le repreneur ne doit-il pas compenser les pertes que subiraient les salariés ? Ford ne devrait-il pas donner suffisamment de volumes ? S'il y avait un PSE fait par le repreneur les conséquences pourraient être importantes pour les salariés. Qui le financerait ? Ford veut être dédouané de toute responsabilité en cas d'échec de la reprise. Est-ce acceptable ?
En intersyndicale nous avons émis l'hypothèse d'un référendum pour que se soient les salariés qui choisissent. Il faudrait y travailler en fonction de nombreux paramètres. Des visions de toutes et tous. Ce n'est pas simple.
Tout cela aurait du commencé être abordé il y a plusieurs mois. En tout cas,n'oublions pas que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l'écoute.

Nous sommes sociaux !